×

Print your own copy

Cliquez sur les pages du portfolio pour les faire défiler.

● Cliquez sur l'imprimante pour afficher les contenus à imprimer, cochez les contenus que vous souhaitez imprimer.

● Cliquez sur PRINT, choisissez le format A4 et vérifiez qu'il vous reste assez d'encres et de papiers dans votre imprimante.

Biographie

Sarah FEUILLAS
29 rue de Soubise
59140 DUNKERQUE

@: sarah.feuillas(at)gmail.com

☎:06 83 39 49 69

🌐: https://www.sarahfeuillas.com

Siret: N° 797 993 649 000 79

🎂 Née le 05/05/1987
🎨 Atelier à Fructôse / Dunkerque

Née à Paris en 1987, Sarah Feuillas est diplômée de l’École Nationale Supérieure des Beaux-Arts de Paris en 2011, la même année elle reçoit le prix sculpture Bernar Venet décerné par les Amis des Beaux Arts.

Elle réalise un échange à la Tokyo Geijutsu Daigaku au Japon en 2010 et développe des connaissances de soufflage du verre en Palestine en 2013 puis au musée du verre de Trélon pour l’exposition au Frac Grand Large en 2017.

En 2018, elle réside aux Etats-Unis avec la résidence Eden-Sylvain Couzinet-Jacques suite à l’exposition Jeune Création chez Thaddaeus Ropac - Pantin, puis à Paris au Collège des Bernardins avec le projet //DEVENIR//, à Rome avec l’Atelier Wicar avec la Mairie de Lille, à Aix-les-Bains avec le projet de résidence Solarium tournant, en Iran avec Kooshk ou bien au Centre d’Art de Flaine en Haute-Savoie.

Dernièrement, son travail est exposé au Kunstencentrum Ten Bogaerdlaan, Koksijde (BE) pour l’exposition in de steigers et fait partie de l’exposition Some of Us - an overview on the French Art Scene à Carlshütte en Allemagne.

Sensible à la perception des espaces et de l’environnement, elle développe un travail photographique et sculptural autour de l’habitat et de l’acte constructif.

Elle réalise des séries photographiques d’édifices situés en territoire sensible. Frontières, zones de conflits, ruines, ces séries évoquent le contexte architectural et son esthétique. Ces lieux sont souvent les stigmates d’un projet qui n’est plus d’actualité. Inachevé, délaissé, ils s’étirent dans une temporalité indéfinie. Ne reste d’eux que la dépouille d’une cité modelée par l’homme dont la charge utopique est encore présente.

Expositions Personnelles

2019 Under Construction Centre d'art de Flaine, Haute-Savoie

2017 Permanent déplacement FRAC Grand Large, Dunkerque

2016 Surrounded Artconnection, Lille

2015 Undergone Upheaval Aponia, Centre d’art, Villiers sur Marne

2013 Fragments Centre Chorégraphique National, Orléans

2012 We shape our buildings; thereafter they shape us Index, Paris

2011 Vertige - DNAP Ecole des Beaux-Arts de Paris, Paris

2010 Japan Express Chiba, Tokyo Geijutsu Daigaku, Japon

Expositions Collectives

2019 Quelque chose de noir Paris Photo, Galerie Gradiva, Paris

2019 In de steigers Kunstencentrum Ten Bogaerdlaan, Koksijde (BE)

2019 La langue du Flamant rose Welchrome, Boulogne-sur-mer

2019 Some of us - an overview on the French Art Scene Carlshütte (DE)

2019 Mémoires d'architectures 6B, Saint-Denis

2018 Format à l'italienne Fondamenta, Rome (IT)

2018 Solarium Tournant Thermes Pétriaux, Aix les Bains

2018 Format à l'italienne Espace le Carré, Lille

2018 // DEVENIR // Collège des Bernardins, Paris

2017 Jeune Création 67e édition Galerie Thaddeus Ropac, Pantin

2015 Consequences Âme Nue Galerie, Hambourg (DE)

2014 Nuit Blanche 2014 Pavillon des Indes, Courbevoie

2014 ARTplacc Festival art contemporain, Tihany (HU)

2014 Biennale de la jeune création La Graineterie, Houilles

2011 Comme elle vient Collection Rosenblum, Paris

Prix, Bourses, Mécénat

2019 Bourse à la création Drac, Haut-de-France

2017 Bourse excetionnelle d'aide à la production Watch this space, 50° Nord

2017 Bourse d'aide à la production La malterie, Lille

2014 Bourse d'aide à la production Biennale de la jeune création, Houilles

2011 Prix Bernar Venet, prix sculpture Les Amis des Beaux-Arts

2011 Bourse d'aide au projet Beaux-arts de Paris

2010 Mécénat du voyage d'étude Paris/Tokyo/Kyoto Takasago Perfumery Corporation

2010 Bourse Colin-Lefrancq Tokyo Geijutsu Daigaku (JP)

Résidences

2019 Présentation Kunstencentrum Ten Bogaerdlaan, Koksijde (BE)

2019 Résidence La langue du flamant rose Welchrome, Boulogne-sur-Mer

2019 Résidence Centre d'art de Flaine Haute-Savoie

2019 Kooshk Art Residency Award Teheran (IR)

2018 Résidence Solarium Tournant Aix-les-Bains

2018 Résidence Atelier Wicar Rome (IT)

2018 Résidence // DEVENIR // Collège des Bernardins, Paris

2018 Résidence Eden Sylvain Couzinet Jacques, Caroline du Nord, (USA)

2017 Résidence Plateau La Malterie, Lille

2013 Résidence Dauphins Architecture/ Maestro BTP Bordeaux

2013 Conférence, Université Internationale des Arts Ramallah, Cisjordanie

2011 Résidence à la Al-Mahatta Gallery Ramallah, Cisjordanie

Collection

Frac Grand Large Dunkerque

Marie de Lille

Éducation

2006-2012 Etudes aux Beaux Arts de Paris

Atelier Richard Deacon / François Boisrond / Emmanuel Saulnier

2012 Post-diplôme et séminaire Ensba/Ecole du Louvre, mode de conservation des oeuvres d’art

2011 DNSEP, Diplôme National Supérieur d'Expression Plastique Beaux-Arts de Paris

2011 Soutenance de mémoire avec Didier Semin

2010 Echange à la Tokyo Geijutsu Daigaku (JP)

Lettre de motivation

Objet : candidature au poste « intitulé du poste ».

Madame, Monsieur,

Après une expérience dans le domaine...précisez ici le domaine de vos précédentes expériences (job, stage ou emploi) en étant synthétique et bref (il s'agit des premières lignes de texte de votre lettre : il faut accrocher le lecteur pour qu'il soit tenté de lire la suite)
... je recherche un poste en... mettre ici le nom du poste recherché / secteur activité visé ainsi je me permets de vous adresser ma candidature au poste de ....

Ma formation et mes expériences professionnelles m'ont permis... détaillez ici les expériences ou les compétences qui vous concernent, que vous avez déjà présentées rapidement dans votre CV... Mais ne détaillez ici que une ou deux expériences ou compétences en relation directe avec le poste qui intéresseront le recruteur.

Intégrer la société XYZ au poste de... m'attire tout particulièrement pour... reprendre les missions de l'offre d'emploi et argumenter pourquoi celles-ci vous attirent et quels points forts de votre candidature vous permettront de réussir dans ces missions et donc dans ce poste.

Je me tiens à votre entière disposition pour tous renseignements complémentaires. Je vous prie, Madame, Monsieur, d'agréer l'expression de mes respectueuses salutations.

Prénom NO

Note d'intention

Ayant quitté Paris depuis quelques années, je souhaite élargir mon réseau de connexions avec les professionnels du monde de l’Art. Membre de l’association Fructôse, basée à Dunkerque, j’ai la chance de participer à des rencontres privilégiées dans mon atelier avec nombre de professionnels du milieu. J’ai eu l’occasion d’échanger tour à tour avec Sophie Lapalu, Jérôme Cotinet-Alphaize ou Sonia Ross. Néanmoins, il est important pour moi d’élargir mon spectre d’interlocuteurs. En effet ces rencontres pourraient apporter un regard différent sur mon travail et permettre d’élargir ma vision, de faire évoluer mes recherches et ainsi d’avancer dans ma production. Dans le contexte actuel, c’est une véritable chance de pouvoir s’entretenir avec la sélections d’experts que vous proposez. Voici la raison pour laquelle, c’est avec un grand enthousiasme, que je porte à votre connaissance mon souhait de participer aux prochaines rencontres du Carré-sur-Seine. Je vous remercie par avance pour l’attention que vous porterez à mon dossier et je vous prie de croire, cher jury, en l’expression de mes sincères salutations.

Brûler les ponts

Dimensions:

Triptique vidéo

Lieu:

Dunkerque

Narthex

Dimensions:

Variables

Matériaux:

Aluminium, cire, photographie, plexiglas

Technique:

Installation

Lieu:

Welchrome - Boulogne-sur-Mer

Crédit 📷:

Rémi Vimont
SYNOPSIS

Des structures en aluminium échafaudent des marches, puis une porte. Comme une invitation à venir gravir ces étapes visuelles, des formes en cire disposées sur la structure mimétisent des fragments de corps. Ici une jambe, là une tête. La cire prise dans un grillage est figée dans son mouvement comme un arrêt sur image, stoppée dans son évolution. Installée sur un ilôt, on déambule tout autour de cette structure en observant la scène.

Septembre Tiberghien
La langue du flamant rose

Acte I : Où les langues s’entremêlent
Imaginez un garage, au murs de parpaing laissant parfois affleurer quelques vestiges de briques. Cet espace est long d’une quinzaine de mètres et large d’environ cinq mètres. Il est divisé aux deux tiers par deux cimaises ménageant une ouverture en plein centre pour pouvoir accéder à la partie arrière du bâtiment. Malgré son aspect spartiate, il est bien aménagé pour un atelier.
Les artistes s’y sont répartis l’espace en délimitant des postes de travail, déterminés par un fonctionnalisme très empirique. Chacun.e cherche sa place au sein du groupe et vis-à-vis de sa propre pratique, délocalisée en un tiers-lieu perméable au dehors, puisque la porte une fois levée est comme un grand rideau de théâtre, révélant aux passants l’activité des artistes et inversement.

{Extrait}

Rose up

Dimensions:

Dimensions variables

Matériaux:

Bois, verre soufflé, sable

Technique:

Installation

Lieu:

Centre d'art de Flaine, Haute-Savoie
SYNOPSIS

Disposées sur un agrégat sablonneux, ces squelettes de bois rappellent les échafaudages ayant construit les architectures flainoises pensées par Marcel Breuer, l'architecte brutaliste. Sorties en bloc du sol elles semblent avoir poussé comme des fleurs sur un sol inadapté. Ces utopies massives, aux arêtes lisses et brutes, contrastent avec les roches escarpées des montagnes voisines mais dialoguent aussi, quand auparavant le paysage était empreint d'un monologue silencieux.

Anthony Lenoir
Under - Construction

Lorsque le souffleur approche sa canne du moule fabriqué par Sarah Feuillas, la chaleur augmente, la tension se fait sentir. Si l'artiste a anticipé la forme finale de l’œuvre, elle ne sait pas exactement ce qu'il va se produire lors du soufflage. Sous l'impulsion du verrier, la pâte en fusion gonfle progressivement et pénètre les interstices laissés libres. Et tandis que les vides se comblent de parois translucides, le matériau originel du moule se modifie sous l'action du verre en fusion. Sarah Feuillas laisse les matières se transformer conjointement tout en contrôlant leur altération. Ses moules, qu'ils soient en bois ou en métal, sont toujours le résultat d'une synthèse des formes rencontrées dans le contexte de l'exposition. Par exemple, pour Under construction, les structures de bois [Rose up, 2019] sont un développement dans l'espace à partir des carreaux de faïence du sol.

{Extrait}

Screenplay - Pardis

Dimensions:

Variables

Matériaux:

PVC, aluminium, raspberry Pi, sable

Technique:

Installation

Lieu:

Pardis
SYNOPSIS

Construite près de Téhéran dans le but de désengorger la métropolis iranienne, Pardis fut stoppée dans sa lancée de ville nouvelle-née, faute de financement. Comme tout juste déposées, des dizaines de barres dortoirs contrastent avec les montagnes aux roches vertes et bleutées.

Anthony Lenoir
Under - Construction

Dans le même espace d'exposition, les images qui apparaissent sous forme de photographies en noir et blanc, en négatif, quasi transparentes pour certaines, découpées en lanières pour d'autres, montrent des construction. Nous connaissons peu de celles-ci – ruine, friche ou chantier – mais le doute persiste moins sur leur origine que sur leur devenir. Or, lorsqu'au détour d'une route, un panneau indiquant « under construction » se dresse, nous avons tendance à marquer un coup d'arrêt. Cette information fait office d'injonction freinant notre flânerie. Dans le même temps, cette expression nous transporte dans un ailleurs, un futur, un possible, l'annonce que quelque chose peut advenir.

{Extrait}

Vitrail

Dimensions:

70 x 70 x 3 cm

Matériaux:

Verre soufflé, métal

Technique:

Sculpture
SYNOPSIS

Accroché au mur, ces quatre éléments métalliques structurent et contraignent une masse de verre. Anamorphe, le verre prend place dans l'espace que lui assigne son moule.
Réalisé durant l'exposition Under construction au Centre d'Art de Flaine, cette pièce s'inspire du travail de Marcel Breuer autour de la direction des ombres et de la lumière, autour du ressenti de l'architecture brutaliste face aux mastodontes de béton, de métal et de verre que représentes ces architectures.

Screenplay - Ostia

Dimensions:

Dimensions variables

Matériaux:

Aluminium, verre soufflé, fer à béton, Raspberry Pi

Technique:

Installation

Lieu:

Centre d'art de Flaine, Haute-Savoie
SYNOPSIS

Synopsis
Les fouilles archéologiques de la ville d’Ostia permirent de découvrir l’ampleur de cette cité venant jadis enrichir la capitale romaine. Construite à l’embouchure du Tibre, le sable finit par la recouvrir pendant plusieurs années jusqu'à sombrer dans l'oubli mais en conserva le bâti. Cette photographie montre une architecture résistante où l’esprit voyage à travers ses allées et ses palais.

1

« Nous façonnons nos constructions, et par la suite, elles nous façonnent. »
Winston CHURCHILL a prononcé ces mots lors d'un discours devant la Chambre des Communes, le 28 octobre 1943.

2

« En construction »

3

Selon les termes employés par Sarah Feuillas.

Solar shuttle

Dimensions:

Variables

Matériaux:

Verre, Métal

Technique:

Soufflage de verre

Lieu:

Thermes Pétriaux, Aix les Bains

Crédit 📷:

Emilien Adage
SYNOPSIS

Synopsis
Installation de six moules en acier et verre soufflé exposés dans des anciens thermes. Ces sculptures renvoient à un répertoire de formes du lieu. Elles évoquent la fragilité et la contradiction des matériaux entre eux. Le rapport d’échelle est inversé. Ce qui est gigantesque tient dorénavant dans les mains.

Le docteur Jean Saidman valorisait les bienfaits des UV pour la guérison de certains maux. Littéralement «vaisseaux solaires», ces sculptures évoquent une expédition future.

Lunar panels

Dimensions:

Variable

Matériaux:

Aluminium, Métal, Verre

Technique:

Sculpture

Lieu:

Aix-les-Bains
SYNOPSIS

Synopsis
Lunar Panels est installation composée d’un paravent géométrique en acier empruntées au bâtiment datant du style Art déco.
Entre vaisseaux architecturés et vue lunaire, la vingtaine d’éléments disposés dans l’espace d’exposition renvoient aux excentricités des architectes et aux astres dont le Docteur Saidman étudiait les bienfaits.

Scenes from imaginary landscape

Dimensions:

30 x 10 x 90 cm

Matériaux:

Métal, PVC, béton, verre, photographie

Technique:

Maquette

Lieu:

Rome
SYNOPSIS

SYNOPSIS
Scène miniaturisée d'un paysage mental, cette maquette est une composition faite à partir de photographies de ruines visitées et des divers matériaux rencontrés durant la résidence Wicar à Rome en 2018. Cette scénographie miniature devient le théâtre de multiples scénarii.

Glimpse

Dimensions:

110 x 94,5 x 5 cm

Matériaux:

Tirage argentique, châssis en acier, lanière de PVC, néon

Technique:

Installation

Lieu:

Collège des Bernardins, Paris
SYNOPSIS

Synopsis
D’après une erreur photographique où la pellicule, mal enclenchée, reçoit les images les unes sur les autres, l’image se décrypte en fonction des éléments reconnaissables au fil de la lecture. Pellicule de 32 poses visible sur un seul négatif, cette photographie est le souvenir condensé d’une résidence dans la ville d’Eden en Caroline du Nord en mars 2018.

Heterotopias

Dimensions:

184,5 x 116 x 25 cm

Matériaux:

Structures en acier, PVC, photographie argentique

Technique:

Installation

Lieu:

Collection Mairie de Lille
SYNOPSIS

SYNOPSIS
Cette photographie imprimée sur bâche représente une superposition photographique de ruines. Hétérotopie ou vision utopique, vue impossible puisqu’elle se représente normalement mentalement.
Les portes en acier ouvrent une fenêtre vers un paysage imaginaire.

**
Entrevoir une scène. Il y a le topos, le lieu, et la façon dont il est investi par le regard. Sarah Feuillas empêche l’œil de situer ce qu’il voit. En multipliant les dispositifs qui dévient la généalogie du réel, Sarah Feuillas nous mène là où elle veut, c’est-à dire, dans l’impossibilité d’un lieu, l’indétermination d’un espace, face à face avec ce que Michel Foucault a défini comme étant une hétérotopie. Elle cite volontiers le philosophe. Dans un texte de 1967 devenu classique mais d’abord non publié jusqu’en 1984, il définit son temps à travers ce paradigme « Nous sommes à l’époque du simultané, nous sommes à l’époque de la juxtaposition, à l’époque du proche et du lointain, du côte à côte, du dispersé. »

Extrait du texte de Léa Chauvel-Lévy
Scène ouverte

Test (All the houses you can live in)

Dimensions:

214x84x3 cm

Matériaux:

Sérigraphies sur verre et châssis en acier

Technique:

Installation

Lieu:

Dunkerque

Crédit 📷:

Aurélien Mole
SYNOPSIS

(...) Dans l’exposition, un autre balcon s’avance dans l’espace. Il est constitué de trois sérigraphies sur verre, images d’architectures en devenir ou de vestiges d’affrontements, issues de cette même série en Palestine.
Chaque image est retravaillée pour en accentuer les plans et renforcer l’impression des volumes qui, par la transparence des supports, prennent corps dans l’espace.
Les images de Sarah Feuillas, où l’œil transperce les murs, évoquent à la fois l’idéal moderne de transparence d’un Mies van der Rohe et les formes contrôlées du quotidien.
Le titre « Permanent déplacement » peut aussi rappeler la stratégie militaire, le déplacement des troupes. L’historien israélien Eyal Weizman a ainsi analysé comment, dans les conflits urbains, les techniques modernes ont permis de transpercer les murs, de les rendre littéralement « transparents », modifiant ainsi radicalement la perception des villes.

Extrait du texte de Keren Detton
Exposition *Permanent Déplacement* Frac Grand Large - Hauts de France**

Withstand

Dimensions:

295 x 90 cm

Matériaux:

Bois

Technique:

Sculpture

Lieu:

Colletion Frac Grand Large
SYNOPSIS

SYNOPSIS
Cette sculpture de taille humaine protège et fait face. À la fois un moule qui donne une forme en creux, ça forme renvoie aussi aux structures en béton derrière lesquelles on se protège de l'adversaire et par là, rappelle les bunkers du littoral.

Free speech

Dimensions:

28 cm × 43 cm

Matériaux:

Impression sur papier journal

Technique:

Sérigraphie

Crédit 📷:

Aurélien Mole
SYNOPSIS

SYNOPSIS
«Free words in a free world», «-stance» de résistance, ou «à la gloire de dieu», ces mots sont les traces laissées par des personnes absentes du paysage sur des structures en devenir-ruine. Fragments photographiés en Palestine, parfois trop loin des grandes places qui font l'actualité, ces architectures résistent pourtant au temps et aux conflits.

Overlayed scenes

Dimensions:

40x35x30 cm

Matériaux:

160 Photographies imprimées sur rhodoïds

Technique:

lecteur de diapositives

Lieu:

Collection Frac Grand Large

Crédit 📷:

Aurélien Mole
SYNOPSIS

Dans le diaporama Overlayed scenes (scrolling around), Sarah Feuillas met en mouvement sa collection d’images. Elle scanne des diapositives et les retravaille sur Photoshop en sélectionnant des éléments qui caractérisent les volumes ou le contexte, et en les superposant jusqu’à la limite de leur lisibilité.
L’artiste s’intéresse à leurs modalités d’apparition et à leur stratification.

Elle explore des techniques comme la sérigraphie, dont les différentes couches de couleurs provoquent parfois de légers décalages, et les confronte à une collection de journaux avec des erreurs d’impression, qui apparaissent en tant que tableaux abstraits. Elle nous invite ainsi à regarder ce qui se passe « entre » les images, à observer le passage de l’une à l’autre, et à concevoir l’image avec son « avant » et son « après ». (...)

Extrait du texte de Keren Detton
Exposition *Permanent déplacement* Frac Grand Large

Paramount

Dimensions:

150x90x45 cm

Matériaux:

Moule en bois dont la partie haute est calcinée

Technique:

Sculpture

Lieu:

Production la malterie et l'Eco-musée du Verre de Trélon

Crédit 📷:

Aurélien Mole
SYNOPSIS

SYNOPSIS
Construite sur des dimensions humaines, ce moule rappelle l’architecture des temples hindous nommés Mandir. Leurs architectures est décidées en fonction de la position qu’adopte une divinité (assise, debout, couchée, etc.).
Paramount, signifie ce qui est primordial et ainsi renvoi au corps, toujours absent de mon travail. Il est une présence se tenant debout et droit avec la partie haute calcinée.

Soufflé à plusieurs reprises, aucun des soufflages ne m’ont satisfaite. De cette expérience, seul le moule reste et manque la présence du verre. Ce moule évoque la «part manquante», l’absence de la pièce sculptée comme extraite de son moule.

Oush Grab

Dimensions:

118 x 80 cm

Matériaux:

Photographie argentique, châssis en acier

Technique:

Tirage lambda

Crédit 📷:

Aurélien Mole & Rémi Vimont
SYNOPSIS

Synopsis

Oush grab est une photographie d’un fragment de bunker israélien en Territoires occupés palestiniens. La matière figée repose sur le sol. On perçoit sa masse dense, impossible à déplacer. Tout autour des roches éparses provoque une contradiction du regard. Le sol devient un socle mettant en valeur cette forme faite de béton lisse. Esquissant un sourire, elle questionne son sens et la raison de sa présence.

Overland

Dimensions:

Variables

Matériaux:

Verre soufflé, métal, bois, inox

Technique:

Installation

Lieu:

Collection FRAC Grand Large

Crédit 📷:

Aurélien Mole
SYNOPSIS

Synopsis
Cette installation est un répertoire de formes architecturales composées de masses en verre soufflé inspirées de photographies de colonies israéliennes. L’œil vient transpercer les murs à la base en béton et pierre calcaire. Les formes de ces moules sont empruntées aux architectures militaires et du Bauhaus, qui imposent une distance et n’invite pas le regardeur.
L’air, poussé à l’intérieur de la canne par les poumons, force le verre encore brûlant à se plaquer contre les parois du bois. Il prend place dans l’espace qu’on lui assigne. On constate l’abandon d’une forme pour en faire naître une autre, un bouleversement. Le bois s’embrase de tous côtés, les flammes s’agitent, le moule se gonfle.

1

Les deux artistes, Sarah Feuillas et Aglaia Konrad, s’inspirent toujours de leurs voyages.

2

« Nous façonnons nos constructions, et par la suite, elles nous façonnent. » Winston CHURCHILL a prononcé ces mots lors d’un discours devant la Chambre des Communes, le 28 octobre 1943.

Vue d'exposition, Frac grand mere du nord, avril 2019, nikon 450EP, BlaBla, Blaa
Vue d'exposition, Frac grand mere du nord, avril 2019, nikon 450EP, BlaBla, Blaa

Consequences

Dimensions:

170 x 70 x 70 cm

Matériaux:

Bois, béton, terre calcinée

Technique:

Sculpture

Lieu:

Galerie Âme Nue - Hambourg
SYNOPSIS

“Consequences” est la somme d’une expérience, d’un dialogue entre la photographe Paul Gregor (Hamburg) et la sculptrice Sarah Feuillas (Paris). Évoluant au travers de correspondances déconstruites et de transcriptions obscures, ce “cadavre exquis” révèle des indices, des objets ou des lieux en lien avec leurs univers. Se jouant de la fiction et de la réalité, leurs histoires restent à écrire tout comme leur interprétation plastique de souvenirs collectés, de vérités découvertes et d’illusions.

Liberty Adrien
Consequences

Mansio obsessio

Dimensions:

114 x 50 cm

Matériaux:

Tirage lambda

Technique:

Photographie

Lieu:

Har homa, Cisjordanie
SYNOPSIS

SYNOPSIS
Har homa est une colonie israélienne en Territoires occupés palestinien. Comme posée sur le haut de cette colline, son nom signifie "la montagne mur". Mêlant la construction et la nature, cette architecture m'est apparue loin d'un symbole naturel. L'architecture globale constituée de blocs sont reproduits en cercle concentrique.
Cette photographie est à la base du travail réalisé autour du verre et du moule.

Behind closed doors

Dimensions:

60 x 40 cm

Matériaux:

Tirage argentique lambda, châssis affleurant aluminium

Technique:

Photographie

Lieu:

Irlande du Nord

Crédit 📷:

Stéphane Gilbert
SYNOPSIS

SYNOPSIS
Série photographique réalisée en Irlande du Nord sur le cloisonnement et le traitement des matériaux de constructions utilisés à des fins de destruction.

Casus belli

Dimensions:

40 x 60 cm

Matériaux:

Triptyque photographique, tirage argentique, châssis acier

Technique:

Photographie argentique

Lieu:

Palestine
SYNOPSIS

SYNOPSIS
Casus Belli signifie cas de guerre en latin.
Situées sur des territoires aux frontières incertaines en Palestine et Israël, ces bâtiments imposent une distance et renvoient une image de forteresse perdue dans un décor désertique.

Basement, 1/2

Dimensions:

70x70x70 cm

Matériaux:

Moule en bois

Technique:

Sculpture

Crédit 📷:

Aurélien Mole & Eric Vimont
SYNOPSIS

**Synopsis
Oush grab est une photographie d’un fragment de bunker israélien en Territoire Occupés palestiniens. Sa masse repose sur le sol et provoque une contradiction des matières et questionne son sens. Le béton lisse et dense s’oppose à la terre aux roches éparses. Sa forme esquisse un sourire, comme pour évoquer une double fonction contradictoire.

Devant cette image se trouve un élément en bois de coffrage composé de lignes en escaliers ascendant et descendant. Les deux formes se ressemblent sans être fidèle pour autant. L’un serait le moule de l’autre sauf que l’un est un commencement et l’autre une fin. Le moule évoque une forme produite en creux, un négatif du moule positif, l’extraction de la forme vide. Il est à la base.**

On stage

Dimensions:

Variables

Matériaux:

Bois, compost, pare-brise, sangles, larves

Technique:

Sculpture
SYNOPSIS

Dans cet assemblage précieux, un sentiment mélancolique naît de l’utilisation de ces objets de rebut, ce pare-brise désormais inutile, ces vestiges de mur détruit, auquel s’oppose la matière organique qu’est le compost qui, une fois déversé sur le sol de la galerie, se révèle habité. Malgré le tamisage, des larves demeurent, se font ouvrières et tracent des arabesques dans le dépôt, processus aussi inattendu qu’aléatoire.

Extrait du texte d'Anaïs Grateau
On stage

Through walls

Dimensions:

100x113x33 cm

Matériaux:

Photographies sur rhodoide, cadre en ois, socle en métal.

Technique:

Installation

Lieu:

Collection privée
SYNOPSIS

Les couches visuelles se superposent et la transparence des photographies forment une sixième image brouillée.
L’œil plonge à l’intérieur des fenêtres et voit à travers les strates.
On pénètre dans Pripiat en ruines.
Cette ville garde les stigmates de son histoire et s’inscrit dans le présent par le chamboulement des visites continues.


We shape our buildings; thereafter they shape us

Dimensions:

Dimensions variables

Matériaux:

Mixtes

Technique:

Installation

Lieu:

L'index
SYNOPSIS

En guise de titre et d’invitation à son exposition, Sarah Feuillas a choisi cette phrase de Churchill qui résume en quelques mots les rapports que nous tissons avec nos lieux de vie : les architectes et urbanistes conçoivent un bâtiment, une ville selon leur sensibilité, leurs règles, leurs codes ; au fil des ans, ces immeubles, à leur tour, façonnent nos comportements, nos envies et nos peurs. Se brouille ainsi la frontière entre la sphère publique et le domaine de l’intime.

Au centre, tels les fragments épars d’une machine de guerre se dressent des sculptures faites de matériaux de construction de récupération. Précaires, elles définissent pourtant un espace impénétrable, comme fortifié, que l’on contourne tout en ayant conscience d’une menace imminente. Leur présence devient en effet presque inquiétante lorsque l’on porte un regard sur les œuvres alentours. Des images, bricolées, retouchées, ravivées de lieux en ruines et désertés, que l’artiste a ramenées de ses voyages en territoires fantômes, en Ukraine ou en Palestine.

Vertige

Dimensions:

700×400 cm


Matériaux:

Bois, terre, étriers, sangles, pare-brise d’ambulance

Technique:

Installation , danse

Lieu:

Beaux-arts de Paris
SYNOPSIS

Le titre donné à cette installation est à la base d’un lapsus, Vestige devenu Vertige. Le vestige est l’élément restant de ce qui à été détruit. Construit pour être dégradé, il devient ruine par les passages successifs des visiteurs. Les temporalités se croisent.
Construite comme un couloir, cette pièce suggère dès le début un choix à faire. Monter les marches désordonnées de l’escalier pour se risquer sur l‘estrade, lieu de mise en lumière, de vivre l’espace qui s’offre à la vue ou bien de contempler de l’extérieur.

1

Danseuse : Carole Quettier

sarah.feuillas@gmail.com
www.sarahfeuillas.com
06.83.39.49.69
Atelier à Fructose - DUNKERQUE